Le projet PEPITE (Entrepreneuriat étudiant) d'AMU sélectionné !

Geneviève FIORASO, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a présenté, ce mardi 18 mars 2014, les résultats de l’appel à projets PEPITE, Pôle Etudiant pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat, lancé par le ministère de l’Enseignement supérieur et la Recherche (MESR) en octobre 2013, en partenariat avec la Caisse des dépôts (CDC) et le Ministère du redressement productif (MRP).

Lors des Assises de l'entrepreneuriat, qui se sont tenues, à l'initiative du Gouvernement, en avril 2013, le Président de la République a insisté sur la nécessité de diffuser l'esprit d'entreprendre auprès des jeunes. L’innovation est en effet d’abord un état d’esprit, une culture.
Notre pays souffre d’un déficit de culture entrepreneuriale, dû à un manque de formation et de sensibilisation à cette question mais aussi aux méthodes pédagogiques françaises qui privilégient les performances individuelles au détriment du travail collectif, de la conduite de projets, du rebond à la suite d’un échec.

Et pourtant, 1/4 des 18-24 ans et 1/3 des 25-35 ans se disent intéressés par la création d’entreprise.
Au niveau mondial, les grandes universités ont, depuis plusieurs années, développé une politique de soutien à l’entrepreneuriat étudiant. Ainsi, dans la Silicon Valley, les plus belles réussites sont souvent nées dans des garages, aujourd'hui célèbres, portées par des étudiants ou jeunes diplômés comme Steve Jobs et Steve Wozniak qui ont conçu le premier ordinateur Apple, William Hewlett et David Packard, à l’origine de HP il y a 50 ans ou encore Larry Page et Sergueï Brin, créateurs du moteur de recherche Google.
En 2012, l’étude « The University Entrepreneurship Report » a montré que, de 2007 à 2011, les entrepreneurs issus des six plus grandes universités américaines ont levé 12,6 milliards de dollars de fonds, dont 4 milliards pour la seule Université de Stanford.
Comme l’a expliqué Geneviève Fioraso, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche « C'est cette culture de l’entrepreneuriat que j'ai souhaité développer pour les 2,4 millions d'étudiants accueillis dans l'enseignement supérieur. Comment ? En favorisant la formation à la conduite de projets, la créativité, la diffusion et les usages du numérique (cours en ligne – Moocs -, fablabs…), en reconnaissant l’audace et la prise de risques liées à la conduite de projets et la création d’entreprises. Ce changement de culture est indispensable. C’est un enjeu essentiel pour notre économie, pour la compétitivité de notre pays. »